René Vautier nous a quitté ce dimanche 4 janvier 2015 à l’âge de 86 ans. Réalisateur du premier film anticolonialiste en 1950 (Afrique 50, film qui fut censuré pendant 40 ans et lui valut 1 an de prison), cet ancien résistant a consacré ses films à la dénonciation de l’idéologie colonialiste, ce qui lui a valu les foudres des défenseurs de l’impérialisme français. En hommage à son travail, voici une vidéo retraçant sa vie, puis trois de ses films : « Afrique 50 » (1950), « L’Algérie en flammes » (1958) , « Avoir vingt ans dans les Aurès » (1972), ainsi qu’une interview de lui datant de 2009.

René Vautier :

Afrique 50 :

L’Algérie en flammes :

Avoir vingt ans dans les Aurès :


René Vautier « Les attardés du colonialisme me poursuivent encore de leur vindicte »

(source : http://www.humanite.fr/node/416311)

Comment expliquer que des films comme Afrique 50 et Avoir vingt ans dans les Aurès soient encore aujourd’hui la cible de violentes attaques des tenants de l’idéologie colonialiste ?

René Vautier. J’ai fait Afrique 50 à l’âge de vingt et un ans. Mon seul but était de montrer la vérité sur le quotidien des paysans noirs en Afrique occidentale française. J’ai simplement filmé ce que je voyais. On a alors tenté de m’empêcher de filmer. Les choses se sont très mal passées avec les colons. Ce film, auquel la Cinémathèque française a rendu il y a quelques années un élogieux hommage, m’a valu, à l’époque, de sérieux ennuis. Avoir vingt ans dans les Aurès a reçu, en 1972, le prix de la critique internationale au Festival de Cannes. En dépit de cette récompense, le film a dû attendre douze ans avant d’être diffusé sur une chaîne de télévision française. Certains y voyaient une insupportable mise en cause des prétendus bienfaits de la présence française dans les colonies. Ces films continuent d’être diffusés, cités, ce qui nourrit le ressentiment des attardés du colonialisme.

Comment expliquer le regain d’activisme des nostalgiques de la colonisation, du vote d’une loi exaltant « les aspects positifs » de la colonisation à la construction de stèles et de monuments glorifiant les criminels de l’OAS ?

René Vautier. Le député UMP Christian Vanneste (l’un des plus fervents défenseurs de la loi du 23 février 2005 sur la colonisation « positive » – NDLR) a tenté, il y a quelque temps, de faire interdire Avoir vingt ans dans les Aurès dans une salle de la banlieue lilloise. Des jeunes ont protesté. Du coup, il n’y a pas eu une, mais dix projections, qui ont rencontré un franc succès auprès du public. Ces nostalgiques, liés à la droite ou au Front national, me poursuivent encore aujourd’hui de leur vindicte, perturbant les manifestations auxquelles je participe.

Ces gens vous accusent d’être un ennemi de la « blanchitude » et de la « France française ». Comment le résistant juge-t-il de tels propos ?

René Vautier. C’est à 200 mètres du palais de justice de Quimper (où s’est tenu le procès – NDLR) que j’ai été décoré de la Croix de guerre à l’âge de seize ans pour faits de résistance. J’appartenais à un groupe d’Éclaireurs de France qui se sont battus contre les occupants allemands. J’ai continué, après la guerre, à me battre pour les mêmes idées : l’égalité des peuples, la lutte contre le fascisme, quel qu’il soit.

L’idéologie coloniale reste-t-elle, selon vous, enracinée en France ?

René Vautier. Certains milieux refusent catégoriquement tout regard lucide sur le passé colonial. Or les jeunes générations doivent être instruites de ce qui fut fait au nom de la France dans les colonies. J’espère que mes films peuvent continuer à y contribuer.