L’article de Bondamanjak (#Pardon…répète…je n’ai pas compris…tu me traites de #raciste là ) à propos d’un tee-shirt Pardon! à La Réunion agite les réseaux sociaux depuis quelques jours. Hier 15 septembre 2014, le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a décidé de saisir le procureur de la République pour « incitation à la haine raciale ». Le jour même, Pardon! publie un communiqué à ce sujet sur son site où la marque fait SEMBLANT de demander pardon. Voyons quel est le problème.

Il ne fait pas bon de dénoncer le racisme à La Réunion. Pourquoi ? Car depuis une certaine époque (que je situerais aux alentours des années 80), on formate les réunionnais à croire que La Réunion est une île où le racisme n’existe pas, où tous les peuples vivent en harmonie. Cette idée que la Réunion ne connaît pas le racisme sert cadre idyllique à la publicité pour le tourisme. Ce mensonge ne repose en fait sur rien, si ce n’est effectivement que des peuples venus de différents horizons ont été contraints de vivre ensemble (colons venus d’Europe, africains déportés lors de la traite, engagés indiens et chinois) et ont petit à petit fondé l’identité créole réunionnaise. Leur destinée commune est ce qui a forgé cette unité culturelle. La société réunionnaise n’est pas plus tolérante qu’une autre. Elle est le fruit de son histoire.
L’idée que l’île est depuis toujours une terre de paix et d’harmonie est une idée fausse, basée sur une méconnaissance de notre histoire. Une histoire faite de révoltes d’esclaves, de marronage, de luttes sociales et anticoloniales. Une méconnaissance partagée par beaucoup de réunionnais, dont le célèbre chanteur Gérald de Palmas qui avait osé dire sur un plateau télé en 2009 :

Il y a eu énormément d’esclavage et d’esclaves en Guadeloupe. Ce qui n’a pas été le cas vraiment à la Réunion où il y a un mélange qui se fait plus facilement. […] les gens sont arrivés au fur et à mesure avec assez peu d’esclavage.

source : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/12/01/1819031_gerald-de-palmas-choque-a-la-reunion-au-sujet-de-l-esclavage.html

Alors, quand on dénonce un racisme qui existe depuis toujours ici, mais qui a évolué  (le racisme qui s’exprime aujourd’hui à La Réunion n’est principalement plus un racisme biologique, mais un racisme culturel), forcément ça fait grincer des dents. Surtout quand c’est pour dénoncer une marque de vêtements « cool », « drôle », et « rebelle », célèbre à La Réunion : Pardon!

Un petit florilège de clichés racistes pour comprendre le problème :

– Les réunionnais aiment boire et fumer des joints : « bedo boulot dodo »,« la dodo lé la »« zamal à la tête », un tee-shirt montrant une bière locale comme un héro réunionnais…

– Les réunionnais sont allocataires de la CAF pour leur plaisir :  «CAF = Comment Agrandir sa Famille»

– Un sac aux étranges ressemblances avec la célèbre pub coloniale « Y’a bon Banania » qui mettait en scène un tirailleur sénégalais : « la marque pas que pour les zoreils »

– Les réunionnais sont contents d’être au chômage :  « RMI = Repos Mérité dans les Îles »

et puis aussi :

– Les zoreys (« métro », comme ils disent) ont remplacé les créoles blancs : « MALBAR + ZARAB + CHINOI + CAFRE + METRO = KREOL » (Merci au site 7 Lames La Mer)

Une mahoraise seins nus qui porte un drapeau bleu blanc rouge (Mayotte, à majorité musulmane et qui est une île comorienne occupée par la France qui viole le droit international)

Edit 12/01/2015: – Une attaque contre les musulmans pour se moquer de leurs pratiques religieuses, dans un contexte nauséabond d’islamophobie après l’attentat contre Charlie Hebdo.

Mais surtout, comment Pardon! justifie son image sur les étiquettes des tee-shirts, où l’on voit le petit diable représentant la marque Pardon!, porté comme à l’époque de l’esclavage et de la colonisation, par deux africaines nues qui semblent avoir un os dans les cheveux  :

IMG_8470-0

En 2011 une autre marque avait fait parler d’elle pour ses tee-shirts racistes :

t-shirt-raciste-69c18
Non, il n’y a rien de drôle à stigmatiser les réunionnais qui sont au chômage, qui ont des problèmes d’alcool, qui reçoivent des allocations de la CAF, et ainsi contribuer à les enfermer dans ces stéréotypes colonialistes et racistes (=qui les maintiennent au bas de l’échelle sociale du fait de leur origine).
Le Front National et ses électeurs font cela très bien déjà.

Fini de rigoler avec le racisme.

La réponse de Pardon!

Et quelle est la réponse de Pardon! au CRAN ? (Réponse publiée sur son site le jour même du communiqué du CRAN)
Un petit « Nous vous demandons Pardon! », suivi de 30 lignes d’explications bidon pour se justifier et dire en gros : « je ne suis pas raciste j’ai des amis réunionnais », « je ne suis pas raciste, j’aide l’Afrique ». En fait c’est ce que tout bon raciste dit aujourd’hui pour se disculper. Avec en plus la technique bien connue de l’utilisation du colonisé contre les autres colonisés. (« c’est pas nous, c’est un réunionnais qui a fait ça ! »). Aliénation quand tu nous tiens…

A l’époque de l’esclavage, certains noirs s’entendaient bien avec certains blancs. Des maîtres ont même pu accorder quelques faveurs à leurs esclaves préférés. Est-ce que cela rendait l’esclavage moins raciste ? Il y avait quelques maîtres « gentils », donc l’esclavage était plus acceptable ? Des noirs maltraitaient d’autres noirs, donc les noirs étaient aussi « méchants » que les blancs ? Rien de tout cela. Il ne s’agit pas de dire que les blancs sont comme ceci, et les noirs comme cela, les zoreys comme ceci et les réunionnais comme cela. Pas du tout. Il faut comprendre.

Et déjà je vois certains qui lisent ceci se dire : « Pff, il parle de l’esclavage, celui là est resté bloqué 200 ans en arrière. » C’est exactement cela qu’il faut comprendre : monsieur ou madame untel, venu d’Europe, est venu vivre ici dans l’océan indien depuis 5, 10, ou 30 ans. Il ne connait sans doute pas le poids de l’Histoire de La Réunion. Pour lui l’esclavage, la colonisation, c’est quelque chose d’extérieur, qu’on voit dans les livres et les films. Cela ne le concerne donc pas. S’il se dit ça, alors il reproduira les mêmes schémas que les colons qui ont débarqué à La Réunion avant lui.

Petit rappel : L’histoire coloniale réunionnaise a commencée il y a plus de 300 ans, et ne s’est pas arrêtée ni en 1848 ni en 1946, quand notre île a demandé un statut de département français. Rappelons que l’Algérie était une colonie française, mais qu’elle a aussi été un ensemble de départements français. Un changement de statut ne fait pas tout. (sinon l’Afrique serait réellement indépendante aujourd’hui, ce qui n’est vrai que sur le papier et pas dans la réalité)

Certains diront que La Réunion est toujours une colonie, d’autres que nous sommes un département français (bravo, ils savent répéter ce qu’on leur a appris à l’école), d’autres encore une néo-colonie, ou une post-colonie, ou un peu tout ça en même temps. Ce qui est sûr, c’est que l’île possède une histoire coloniale, et on ne balaie pas d’un revers de la main l’histoire d’un Peuple, sans en attiser sa colère.
Les réunionnais subissaient un système raciste à l’époque de l’esclavage, à l’époque de l’engagisme, et même encore après que La Réunion soit devenue un département français. (affaire des « Enfants de la Creuse », la répression coloniale sous Debré). Les séquelles de la colonisation sont mêmes visibles encore de nos jours :

La Réunion de toutes les couleurs ? du « métissage » ? Voyons la réalité en face !

Pourquoi la majorité des postes de cadres à La Réunion sont aujourd’hui encore occupés par des blancs (zoreys ou réunionnais) ?
Pourquoi  en prison les personnes de couleur sont sur-représentées ? Et les blancs, sous-représentés ?
Pourquoi y a-t-il autant de chômage sur l’île, et particulièrement chez les réunionnais ?
On ne peut pas comprendre ces problèmes si l’on ignore les structures sociales et économiques héritées du colonialisme qui agissent encore aujourd’hui.

L’excuse du réunionnais et de la réunionnaise qui travaille avec Pardon!

Il ne suffit pas de mettre en avant quelques personnes de couleur sur votre site pour vous disculper de tout racisme. Ni même de prouver que les tee-shirts ont été imaginés par des réunionnais.
Car si l’on va par là, Marine Le Pen aussi connaît des noirs, Marine Le Pen aussi soutient les africains contre la « barbarie islamiste », et il y a même des noirs et des arabes au FN.
Être en lien avec des personnes de couleur ou envoyer de l’argent pour « aider » l’Afrique, ne veut rien dire. Cela ne veut certainement pas dire que l’on n’est pas raciste. (au contraire, le blanc qui dit qu’il n’est pas raciste parce-qu’il a un ami africain noir est d’autant plus suspect qu’il cherche à se justifier)

Oui, depuis longtemps, l’idéologie colonialiste produite par le système économique et social, pénètre l’esprit des réunionnais.
Oui, depuis longtemps, le système colonial inculque aux enfants réunionnais, dès le plus jeune âge, la haine de sa propre culture, notamment en disqualifiant dès le départ ceux qui ne possède pas entièrement la langue et la culture française comme n’importe quel bon français devrait.
Oui, depuis longtemps, et même peut-être surtout depuis que La Réunion est un département français, les réunionnais doivent savoir mettre leur culture de côté (car sous-entendue inférieure), et prendre ce qui vient de « Métropole » (le vocabulaire colonial de toujours) comme étant ce qui est le mieux.

Ne nous trompons pas. Il n’y a pas de « méchant » ou de « gentil ». Il n’y a pas de bons ou de mauvaises personnes. Il n’y a que de mauvais systèmes. Des zoreys conscients de leur position sociale du fait des rapports de domination et qui font en sorte de ne pas se comporter comme des colons venus s’enrichir à La Réunion et draguer des petites réunionnaises, il y en a plein. De même que des réunionnais qui continuent à voir les kafs comme des humains inférieurs. Il y en a aussi.

PARDON !

Alors plutôt que de nous ressortir l’argument fallacieux du métissage de La Réunion, Pardon! devrait réellement demander pardon pour les clichés racistes qu’elle véhicule avec certains de ses tee-shirts et qui contribuent à donner aux réunionnais une image négative d’eux-mêmes (votre « kréol power » ne vous excuse pas). L’image que les racistes de France nous envoie à la face tout le temps est bien suffisant : « vous êtes des fainéants », « des chômeurs », « vous faites des enfants pour la CAF »…
Avez-vous besoin de stigmatiser encore plus la situation sociale vécue par les réunionnais ? A nous donner encore plus la honte de nous-mêmes ? A tout faire pour qu’au bout du compte les réunionnais et réunionnaises se taisent pour vous donner raison, se contentent de sourire pour faire de jolies photos, ou vous fassent de beaux tee-shirts racistes à votre place ?

Arrêtez de chercher à vous justifier.
Demandez VRAIMENT PARDON!
RESPEKT ANOU !